Justmarkets | JUST COMFORTABLE TRADING

L'économie de la zone euro un an après l'invasion de l'Ukraine par la Russie

The Eurozone economy one year after Russia invaded Ukraine

Il y a un an, la Russie a lancé une invasion injustifiée de l'Ukraine. La guerre a causé un choc sévère à l'économie mondiale, en particulier aux marchés de l'énergie et de l'alimentation, réduisant l'offre et augmentant les prix à des niveaux sans précédent. La guerre a considérablement exacerbé les pressions inflationnistes. Les taux d'inflation ont augmenté non seulement en Europe, mais dans le monde entier. L'économie de la zone euro est très ouverte par rapport aux autres régions économiques, ce qui la rend vulnérable aux perturbations des marchés mondiaux et des chaînes d'approvisionnement. Les pays européens dépendent fortement des importations énergétiques russes, qui représentent plus de la moitié de la consommation énergétique de la zone euro en 2020. Avant la guerre, la Russie était le principal fournisseur de ressources énergétiques (pétrole, gaz, charbon) de l'Europe. L'Ukraine a également joué un rôle majeur dans l'importation de blé, de denrées alimentaires et d'engrais dans la zone euro. Compte tenu de la forte dépendance de la zone euro vis-à-vis des importations d'énergie, la flambée des prix de l'énergie importée a entraîné une forte hausse des coûts, entraînant une hausse des prix de tout, de la nourriture aux voitures.

En conséquence, en décembre 2021, la BCE a commencé à normaliser sa politique en augmentant les taux d'intérêt et en réduisant son bilan. Les gouvernements européens ont également fait beaucoup pour réduire l'impact de la crise du coût de la vie. Afin de ne pas trop choquer les consommateurs nationaux, les pays de l'UE ont dû compenser les prix élevés par les budgets des États. Selon le groupe de réflexion belge Bruegel, subventionner les prix du gaz, de l'électricité et de l'essence a coûté 600 milliards d'euros à l'UE depuis septembre 2021.

Les pays européens ont commencé à chercher de toute urgence un remplacement du gaz et du pétrole russes bon marché. Trois pistes de réduction de la dépendance vis-à-vis de la Russie ont été envisagées : la diversification des approvisionnements, l'efficacité énergétique et le développement accéléré des énergies renouvelables. En termes de diversification, les achats de gaz naturel liquéfié (GNL) auprès de fournisseurs tels que les États-Unis, le Qatar, la Norvège et l'Algérie ont augmenté.

Il y avait aussi des sanctions contre la Russie et les ressources énergétiques russes. En 2022, la consommation de gaz naturel dans l'UE a diminué de près de 20%, ce qui a aidé l'UE à faire face à la réduction des importations de gaz en provenance de Russie, en partie à cause des sanctions de l'UE. Elle a également augmenté les investissements dans les énergies vertes afin de réduire la dépendance énergétique de l'UE. Les efforts d'économie d'énergie et de diversification des approvisionnements énergétiques ont fait fortement chuter les prix du gaz naturel au cours des derniers mois. En conséquence, les pressions inflationnistes ont commencé à diminuer et l'économie a fait preuve d'une résilience inattendue. Conformément à la remarquable résistance de l'économie globale aux effets de la guerre, le chômage est tombé à son plus bas niveau depuis la création de l'Union économique et monétaire. L'UE évitera probablement une profonde récession, alors même que les prix de l'énergie exorbitants, la baisse de la confiance et la hausse des taux d'intérêt pèsent sur l'économie. Le Fonds monétaire international a relevé ses prévisions de croissance pour le bloc, invoquant une résilience inattendue.

Malgré ces signaux positifs, il est important de rappeler que la guerre pose toujours des risques économiques importants et pourrait entraîner une nouvelle hausse des prix, notamment de l'énergie et de l'alimentation. Au cours de l'année, la Russie a coupé ses approvisionnements en carburant bleu pour provoquer une crise économique chez ses adversaires européens. Pourtant, il n'y a pas eu '"Holodomor" ou de "gel de l'Europe" dont les médias russes se sont tant fait l'écho. Moscou a cherché à déstabiliser le système énergétique de l'Union européenne et à rendre son soutien à l'Ukraine désavantageux. Mais le temps chaud a aidé les Européens à traverser cet hiver avec succès. Cependant, il reste encore beaucoup de travail à faire puisque l'UE a assuré l'indépendance énergétique de la Russie de seulement ⅔. Mais les stratèges pensent que l'Europe sera en mesure de remplacer presque complètement les ressources énergétiques russes dans les deux prochaines années.

Le monde civilisé tout entier s'est uni contre la Russie. La Russie a désormais le plus grand nombre de sanctions au monde - 14 081 (2 754 avant la guerre). L'Iran, par exemple, a le deuxième plus grand nombre de sanctions avec 4 191. L'économie russe ne résiste à l'assaut que grâce aux réserves accumulées et à la vente de ressources énergétiques à des pays asiatiques comme l'Inde et la Chine. Mais les revenus de Moscou ont considérablement baissé et continuent de baisser. Il devient de plus en plus difficile de soutenir la guerre, alors que les États-Unis, l'UE et l'OTAN ne font qu'accroître leur soutien militaire et financier à l'Ukraine. Et l'économie européenne est à nouveau forte et renoue avec la croissance. L'issue de la guerre est déjà prédéterminée. La Russie n'a que deux options - accepter la défaite et retirer ses troupes d'Ukraine ou aller jusqu'au bout, en utilisant le dernier argument - les armes nucléaires, ce qui pourrait conduire au début de la Troisième Guerre mondiale. Il y a aussi une troisième option - en menaçant avec des armes nucléaires, la Russie peut forcer l'Ukraine à abandonner une partie de ses territoires (régions de Donetsk et Lougansk) et reconnaître la Crimée comme russe, selon le scénario Coréen du 38e parallèle. Le temps dira comment cela se terminera. Mais tout le monde comprend déjà qui sont les Russes et que le "Rashisme" est pire que "Nazisme."

Bon trading.